Archives - Rencontres régionales
Galerie photos

La Suisse profite-elle de l’essor de la Chine ?

En 1950, la Suisse est l’un des premiers pays occidentaux à établir des relations diplomatiques avec la Chine de Mao Tsé-Toung. Audacieuse, elle pose ainsi les jalons d’une relation privilégiée qui déploiera ses effets sur le plan économique et politique, comme en témoigne la fréquence des rencontres entre dirigeants chinois et suisses.

Président de la Confédération en 2003 et 2008, Pascal Couchepin s’est montré attentif aux liens sino-suisses et s’est rendu à plusieurs reprises au Pays du milieu en tant que chef du Département fédéral de l’économie ou du département fédéral de l’intérieur. Commerce extérieur, investissements, tourisme, coopération en matière de recherche, innovation, transfert de technologie, droits de l’homme, échanges culturels sont autant de sujets qui sous-tendent une relation synonyme d’amitié, mais non dénuée de complexité et dans laquelle une notion règne en maître, celle de compétitivité.

Alors qu’une promotion de la Suisse a été organisée en décembre 2009 à Pékin à l’attention des entreprises chinoises désireuses de s’implanter en Occident et que vient d’être ratifié l’Accord de promotion et de protection réciproque des investissements entre la Suisse et la Chine, l’Association des diplômés de l’IDHEAP se réjouit de pouvoir évoquer avec l’ancien Conseiller fédéral quelques aspects des relations sino-suisses et qui constituent autant de questions :

Quelles sont les implications politiques de l’essor de l’Asie, et du « réveil chinois » en particulier, sur les pays occidentaux et sur la Suisse ?

Faut-il craindre la concurrence asiatique, et chinois en particulier, sur le plan économique, financier et sur celui de la recherche et de l’innovation ? Pourquoi ?

La Suisse peut-elle profiter de l’essor de la Chine ? En concurrence avec l’UE ou les USA, quelles cartes la Suisse peut-elle jouer ? Système performant de formation, capacité d’innovation, compétitivité fiscale, souplesse du marché de l’emploi, stabilité politique sont-ils aujourd’hui suffisants ?

Les commentaires sont fermés.